Créatrice, créateur, vos œuvres nous intéressent !
Et nos œuvres VOUS intéressent !

Comment profiter au maximum et en toute tranquillité fiscale de votre boulot? Explications!

Vous êtes créatif(ve), créateur(rice), journaliste, informaticien(ne), architecte, artiste, votre boulot n’est pas de vendre des créations ou des contenus médiatiques mais de les fabriquer.

Les vendre, c’est un autre boulot, et savoir comment les vendre bien en payant un minimum de taxes sur le fruit des vos efforts, c’est surtout le travail de spécialistes. Ils existent et peuvent vous faire profiter au maximum de ce que vous réalisez, jour après jour!

L’entreprise,

c’est Communication Libre, qui commercialise des contenus divers en prenant en compte les exigences légales.

Et la loi,

essentielle dans ce travail, c’est celle qui régit les droits d’auteur. Cette loi permet de considérer des revenus accessoires à votre profession comme des revenus mobiliers. En clair, comme s’il s’agissait de revenus de placements financiers. Mais avec un régime fiscal encourageant l’utilisation et la réutilisation de ces productions.

Les créatifs… créent et se retrouvent très souvent à la tête d’un patrimoine d’œuvres invendues, non publiées.
Un stock difficile à valoriser lorsqu’on est pris dans une activité trépidante.
C’est cette valorisation que nous vous proposons d’effectuer à votre place.

 

Journalistes indépendants:
le fisc confirme le protocole sur les droits d’auteur 23/4 (Belga).

Le fisc a avalisé le montage permettant le paiement des journalistes indépendants sous la forme de droits d’auteur. Le ruling conclu avec l’administration sortira ses effets à partir du 1er juillet, a indiqué le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, en marge d’un déplacement aux Etats-Unis.

Le ruling était demandé par l’association flamande des journalistes (VVJ) et les éditeurs Mediafin, Mediahuis, Persgroep, Roularta ainsi que l’agence Belga.

Il permet de payer les indépendants pour moitié par le biais de droits d’auteur. Depuis 2008, ceux-ci sont en principe considérés comme des revenus mobiliers, et donc soumis à un précompte réduit, mais le fisc le voyait d’un autre œil puisqu’il s’agit de revenus professionnels.

Environ 1.500 personnes sont journalistes indépendants à titre principal en Belgique et un nombre similaire le sont à titre accessoire. VDH/NBA/DOM/